E-commerce : le logiciel WiziShop lève 300 000 euros auprès de fonds d’entrepreneurs

Wizishop est un outil innovant pour créer, animer et promouvoir une boutique en ligne professionnelle. Conçu pour être accessible aux professionnels et aux utilisateurs les moins expérimentés dans le domaine de la programmation, il s’est vite imposé et fait partie des références dans le domaine des éditeurs de sites web marchands avec plus de 39 000 utilisateurs.

La start-up a beaucoup évolué ces derniers mois. Elle a annoncé sur son blog avoir levé 300 000 euros auprès de quatre fonds d’entrepreneurs.

Première levée de fonds réussie pour le service de création d’e-boutiques

Très complet et très ergonomique, Wizishop met à la disposition des e-commerçants une interface destinée à la gestion des commandes, des clients et des produits. Il propose une pléthore d’outils et de fonctionnalités indispensables au bon développement d’une activité commerciale en ligne.

Ce logiciel a toujours été plébiscité par de nombreux professionnels pour sa facilité de prise en main. Il n’en a pas fallu davantage à la start-up pour convaincre Kima Ventures, Orefi, Jaïna Capital et Olivier Rosenfeld d’investir dans son capital.

Séduits par la jeune firme à forte croissance, les quatre investisseurs ont injecté la somme de 300 000 euros. C’est la première levée de fonds pour le service de création de boutique e-comme, lancé à Nice en 2008.

Objectif : renforcer l’offre et la conquête vers le marché international

Depuis sa création, la start-up a recensé plus de 21 000 commerçants ayant ouvert un compte, ce qui a débouché sur la création de 1 600 boutiques en ligne et 25 millions d’euros de ventes. Elle ne compte pas s’arrêter là et vise le marché international.

Selon Grégory Beyrout, cet apport va permettre à Wizishop de renforcer son positionnement sur le plan national à une future présence à l’international dans les prochains mois.

Vous projetez d’élaborer une stratégie pour rendre votre e-commerce plus attractive ? Faites appel aux professionnels de l’agence Futur Digital.