Développement de l’arnaque à la webcam en France

web-cam-796227_640L’arnaque à la caméra est une activité illégale qui a vu le jour il y a quelques années, avec l’explosion des médias sociaux et des sites de rencontre sur internet. Depuis quelques mois, cette nouvelle forme d’escroquerie est en pleine progression dans l’Hexagone. Futur Digital, l’expert en référencement, livre ses impressions concernant cette nouvelle vague d’arnaque qui touche le territoire français.

Les victimes

La vulnérabilité des jeunes et leur mal de relation sont les principales causes de la croissance des arnaques en ligne. En effet, en France, la majorité des victimes de cette escroquerie sont des jeunes. Les escrocs ciblent surtout cette classe d’âge pour réussir leurs opérations.

D’autre part, la réussite des chantages aux vidéos pornos peut être également due aux connaissances limitées des français concernant cette arnaque, compte tenu de sa recrudescence récente.

Le principe de l’arnaque à la webcam

Dans un premier temps, le « brouteur » prend l’identité d’une belle femme ou d’un homme séduisant pour attirer ses victimes. Devant la webcam, il incite l’internaute à se livrer à des jeux érotiques qu’il va filmer et utiliser pour le chantage.

Généralement, l’arnaqueur essaie de gagner la confiance de l’utilisateur par des discussions. Toutefois, les dialogues deviennent rapidement chauds dès que l’internaute accepte de basculer en chat vidéo. Ensuite, une fois que la vidéo a été enregistrée, le brouteur commence à faire chanter la victime. Pour convaincre cette dernière de payer la rançon demandée, l’escroc lui montre la scène compromettante  à partir d’un lien et émet des menaces parfois violentes.

D’après la police et certaines associations françaises, la somme demandée par les cybercriminels peut aller d’une vingtaine à des milliers d’euros,  pour éviter que les vidéos ne soient publiées sur les sites de partage. Cependant, même si l’utilisateur accepte de payer, les brouteurs diffusent toujours les contenus sur les plateformes très fréquentées, à l’instar de Youtube ou Dailymotion.

Une préférence pour l’arnaque à la webcam

Il existe différents types d’arnaque sur le web. Au Nigéria, les e-mails annonçant de fausses loterie ou héritages sont les plus courants. Néanmoins, le chantage à la webcam prend progressivement de l’ampleur dans ce pays classé parmi les trois premiers mondiaux en termes de cybercriminalité.

D’après Futur Digital, la raison de cet engouement est que le chantage à la vidéo porno est plus facilement réalisable et demande moins de temps, contrairement aux e-mails, mais reste toutefois en retrait concernant la rémunération. En 2011, cette nouvelle forme d’escroquerie a fait plus de 500 victimes et les chiffres ont considérablement progressé durant l’année 2012, avec 2 000 cas signalés.

Face à ce développement exponentiel, Justine Atlan, présidente de l’association E-enfance affirme que ce phénomène est une véritable bombe pour les jeunes Français qui souhaitent expérimenter en toute sécurité leur sexualité sur la toile.

, Actualités