Augmentation des chiffres de l’e-commerce dans toute l’Europe

Le commerce en ligne continue sa progression exceptionnelle en France, mais également sur l’ensemble du territoire européen. En seulement quatre ans, son chiffre d’affaires a fait un bond exceptionnel de près de 20 milliards d’euros dans l’Hexagone et sa croissance devrait se poursuivre dans les années à venir.

Des ventes en constante évolution

Depuis 2014, les experts ont observé une forte progression des ventes en ligne en Europe. Durant cette année, les achats en ligne réalisés par les Français ont généré un chiffre d’affaires de 57 milliards d’euros, d’après la Fevad.

En 2015, la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance a enregistré une augmentation de près de 8 milliards d’euros et une hausse de plus de 7 milliards en 2016.

Selon des études, la croissance exceptionnelle de ventes en ligne repose sur la multiplication des sites marchands et le développement des places de marché. Depuis quelques années, elles gagnent progressivement du terrain et offrent aux consommateurs la possibilité de faciliter davantage les achats sur la toile.

Si le commerce en ligne ne semble pas connaître de crise, il faut noter que le panier moyen est en baisse constante. En 2016, il a été évalué à 70 €, soit un recul de 7% par rapport au niveau de 2015.

Malgré ce petit bémol, la Fevad reste optimiste quant à l’évolution du secteur et prévoit une croissance importante dans les années à venir.

Les chiffres du Paris retail week

Durant le Paris retail week, la Fevad a dévoilé que les achats des Français sur la toile ont atteint 19,5 milliards d’euros durant le second trimestre de 2017. Avec environ 664 € dépensés par acheteur, l’e-commerce a encore enregistré une croissance à deux chiffres en France, malgré un léger recul du panier moyen (68 €).

Pour la Fédération de l’e-commerce et des ventes en ligne, la forte progression du nombre de cyberacheteurs, d’e-boutiques et la hausse de la fréquence d’achat sont les principales raisons de la croissance soutenue des ventes en ligne.

A titre d’information, Amazon, CDiscount, FNAC, eBay et Voyages-sncf.com comptent parmi les sites les plus visités par les Français. En 2005, ils ont accueilli respectivement 16, 533 millions, 11,917 millions, 10, 134 millions et 7, 683 millions de visiteurs.

L’e-commerce au niveau européen

Au niveau européen, la tendance est presque similaire à celle de la France. D’après une étude réalisée par le Centre for Retail Research, les ventes sur le Vieux Continent devraient allègrement dépasser la barre des 300 milliards d’euros dès 2018.

Le CRR a basé son analyse sur 11 pays d’Europe et s’est penché sur les ventes effectuées sur mobile et sur les ordinateurs de bureau. A partir des données collectées, il a pu déterminer les trois principaux marchés de l’e-commerce : le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France.

En 2016, les ventes dans ces trois territoires ont atteint 175 milliards d’euros, soit approximativement 75% du chiffre d’affaires généré par les 11 pays qui ont fait l’objet de l’étude.

Pour 2017, la croissance dans ces trois grands marchés devrait se poursuivre et contribuer à la progression exceptionnelle du commerce en ligne dans l’Union. Pour la fin de cette année, le centre prévoit un CA de 265,7 milliards d’euros et pour l’année suivante, les achats en ligne pourraient atteindre facilement plus de 302 milliards d’euros.

Entre 2015 et 2017, le CRR a constaté une croissance de plus de 30%, mais reste bien moins optimiste concernant le développement de l’e-commerce en Europe, bien qu’il ait prévu une certaine progression pour 2018.

En raison des incertitudes économiques et des effets du Brexit, le centre estime que le marché pourrait connaître un certain ralentissement sur les deux prochaines années.

Les achats sur mobile en forte progression

Si au début des années 2010 les internautes européens optaient généralement pour les ordinateurs de bureau pour réaliser leurs achats, la tendance s’est complètement inversée en 2013.

Vers la fin de la première moitié de la décennie, les ventes sur les smartphones et les tablettes ont enregistré une croissance de plus de 500%, contre seulement 25% sur les desktops.

En 2017, les terminaux mobiles se sont grandement démocratisés. Pour 100 personnes, les opérateurs enregistrent plus de 125 abonnements et ces chiffres sont en constante évolution.

Même si les consommateurs vouent un intérêt moyen aux tablettes, les ventes de ces appareils ont dépassé ceux des ordinateurs de bureau et les achats effectués à partir de ceux-ci ont considérablement augmenté depuis 2 ans.

Contrairement aux smartphones, les tablettes sont surtout utilisées comme extensions des desktops et les internautes font généralement appel à ces types de terminaux pour les achats exigeant un meilleur visuel des produits.

Il est important de noter qu’avant 2013, les téléphones et les tablettes étaient essentiellement exploités pour s’informer sur le web. Lors des achats, les consommateurs passaient sur ordinateur de bureau pour des raisons de sécurité, mais également dans un souci d’ergonomie.

Actuellement, les mobiles sont davantage utilisés pour les achats, en raison de la confiance qui s’installe entre les internautes et les magasins, les solutions ingénieuses proposées par les marques pour optimiser l’expérience d’achat sur petit écran et l’apparition de nouveaux moyens de paiement.

Le multicanal : un indispensable pour booster le CA

Contrairement aux idées reçues, l’impressionnante croissance des ventes en ligne n’annonce pas la fin des magasins physiques. En effet, le multicanal est revenu progressivement sur le devant de la scène, tandis que les pure-players commencent à douter de l’efficacité de leur stratégie.

Pour booster ses ventes, une entreprise doit allier ventes électroniques, magasin physique et élaborer une stratégie multicanal qui permet d’offrir une expérience d’achat unique à ses clients.

Depuis quelques années, un grand nombre d’acteurs du web offre aux cyber-clients la possibilité de réaliser leurs commandes sur la toile et de récupérer leurs produits en magasin.

D’une part, cette technique permet de tisser des liens plus étroits avec les consommateurs et d’autre part elle est un incontournable pour multiplier les chances de ventes additionnelles.

Il est à noter que les plates-formes les plus visitées sur le web appartiennent à des marques qui ont adopté une stratégie multicanal. Futur Digital vous conseille sur les stratégies efficaces en e-commerce.

, , , Actualités